Musée Ethnographique

Musée ethnographique

banniere_tango1
Musée de l’Amérindien et du Nouveau Monde    
Casona Latina est un centre culturel oeuvrant dans divers domaines de la culture latino-américaine, dans le but de mieux la faire connaître et de fournir ainsi des compétences culturelles générales ou spécialisées aux intéressés: danse, musique, cinéma, littérature, langues, ethnographie. Association fondée en 1998, issue d'un groupe culturel de l'Université de Lausanne (AEPAL), nous travaillons actuellement dans un espace de près de 600 m2 d'anciens locaux industriels, que nous réfectionnons par nos propres moyens et attribuons à différents types d'activités culturelles. Cette première partie des locaux ouvre sur une seconde, couvrant environ 500 m2 et située sur deux niveaux, destinée au Musée que nous vous présentons ici.


Depuis sa création, nous avons réservé une partie de nos locaux à ce projet, qui par ailleurs a fait l’objet d’un mémoire de muséologie à l’Université de Lausanne, soutenu en décembre 2004. Ce musée sera dédié, comme son nom l’indique, aux cultures indigènes du continent américain, Amérique du Nord comprise. Musée du Nouveau Monde au sens ethnographique mais aussi philosophique, et Musée des Cultures des Amériques, qui s’inscrirait ainsi également dans une réflexion sur l’émergence progressive d’un monde nouveau, au tournant d’un siècle. Cet espace d’exposition se voudrait être non seulement le défenseur du patrimoine culturel et de l’histoire de ce continent et de sa dimension symbolique, traitant de la rencontre des cultures à travers le temps, mais encore lieu d’échanges intellectuels, sociaux et politiques, résolument tournés vers le présent et l’avenir. Novateur, ce musée aurait le rôle historique de représenter le premier musée d'ethnographie du canton de Vaud et serait unique en Suisse dans son mode de fonctionnement.


Nous projetons d'inaugurer la première étape cet automne 2013, événement à l'occasion duquel sera invitée une délégation d'indiens Shuars (Jívaros) d'Amazonie équatorienne, menée par un jeune chef, leader charismatique de leur nation. Cette délégation comprendra des chamanes et un groupe de musiciens et danseurs traditionnels.


Notre travail culturel avec les Shuars se poursuit de façon régulière depuis deux ans, avec entre autres la gestion et la programmation de leurs activités en Europe par le biais de notre site internet. Nous amorçons également actuellement un travail avec les Mapuche du Chili et les Navajos du Nouveau-Mexique et organisons peu à peu une école delangues indigènes . Dans un premier temps et en phase avec les communautés invitées, les activités prévues sont : expositions d'artisanat et audio-visuelles, pratiques de danses amazonienne, exposition et conférences sur les plantes médicinales et chamanisme. Pas de collection propre (au départ en tout cas), mais jouissance à titre de prêt ou de dépôt (expositions invitées, éventuellement collectionneurs).

Une problématique muséologique particulière

Par définition, le musée a pour mission de conserver un patrimoine, qu’il soit matériel ou spirituel, et aujourd’hui également, de plus en plus souvent virtuel dans son mode technique de présentation via le web. Cette mission de conservation qui le légitime le positionne donc vers l'avenir, dimension temporelle que l’on peut considérer dans ses aspects technique, philosophique et culturel. L’enjeu est un enjeu de société, et surtout de sens, celui de voir comment notre société appréhende les problèmes et des questions de mémoire collective.

Si la culture est, au sens premier, tradition, héritage, patrimoine, d'un point de vue philosophique, l'avenir de la culture comporte une exigence particulière : elle ne doit pas être considérée comme un moyen au service de pouvoirs divers, elle n'a d'autre fin qu'elle-même et d'avenir que par sa liberté. Notre époque est celle de la « culture de masse », un système de communication et de contrôle exerçant une emprise presque universelle, et facteur d'uniformisation. Or l'avenir de la culture nécessite l'intégration de l'individu dans son humanité propre ainsi que la référence métaphysique ; elle ne peut se fonder sur le seul empirique. Nous, en tant que société humaine, affirmons collectivement notre croyance en ce futur à divers niveaux du discours.

Vers un « Musée du Nouveau Monde »

Ainsi, en matière de pouvoirs symbolique et politique, le mythe du Nouveau Monde s'attache historiquement à un continent défini à la fois physiquement et culturellement. Notre monde chrétien ou occidental y a greffé son système, produisant une dimension dont nous n'avons étonnamment pas encore couvert l'incroyable étendue de l'imaginaire, ces Terrae incognitae restant un matériau brut, à la fois renaissant, baroque et moderne, au sens historique et philosophique de ces termes. Claude Lévi-Strauss parlait de Tristes Tropiques, et ces limites cartographiques sont ainsi également celles de l'intellect face à lui-même : « les autoroutes de l'information » peuvent-¬elles défricher l'Amazonie, et comment ? Dans son Introduction à l'oeuvre de Marcel Mauss, dont il est redevable, il résume le problème : « le problème ethnologique est, en dernière analyse, un problème de communication ».
 
  Tango Negro

 

Subordonnée à la muséographie, la recherche ethnologique s'est longtemps orientée, jusque dans les années 1920, vers l'étude descriptive et comparative des éléments matériels des cultures. Peu à peu, d'instrument de légitimation de l'expansion coloniale, l'institution du musée d'ethnographie a évolué vers la mise en question des représentations sociales de l'altérité et son remaniement. Le musée d'ethnographie ou ethnologie pourrait dès lors représenter l'incarnation du musée en tant que média de communication et d'analyse sociale et culturelle (voir l'exemple du Musée d'ethnographie de Neuchâtel pour son rôle de pionnier).

Les recherches anthropologiques sur l'Amérique sous l'angle des traditions sont généralement et globalement regroupées sous le terme d'américanisme, celui-ci recouvrant différentes sous-¬catégories, en général en fonction des aires culturelles du continent. Ce Musée aurait pour but principal - mais non exclusif, étant donné la « perméabilité », hautement valorisée d’un point de vue philosophique, du monde actuel - de communiquer la pertinence de recherches philosophiques, ethnologiques et ethnographiques aux sens larges dans ce domaine concret que sont les études américanistes et sur ce concept existentiel qu'est l'imaginaire, vecteur de création.

Exposition et scénographie - échanges culturels et réseaux

Ainsi le Musée des Nouveaux Mondes, en tant qu’espace physique organisant ou accueillant des expositions, oscillera comme nous le verrons entre des présentations résolument ethnographiques ou scientifiques et d’autres plus clairement artistiques, les deux démarches pouvant être porteuses de réflexion à des degrés divers et liées dans les modes de présentation. Ainsi, le musée sera aussi un musée des arts vivants et une vitrine et ambassade de l’actualité indigène, donnant à connaître des processus artistiques actuels, entre anonymat d’une création collective et sociétale et reconnaissance voire revendication des individus, ceux-ci pouvant se faire ou non les représentants emblématiques (chefs, guerriers, chamanes, etc.) ou leaders d’une culture. C’est aussi la question de l’environnement et du rapport à la nature, notion fondamentale et indissociable des valeurs écologiques dans les cultures amérindiennes en particulier, qui sera valorisée et défendue.

L'imaginaire, appréhendé par la création artistique comme par la démarche anthropologique ou ethnographique, peut être dès lors considéré comme un continent de la pensée au fonctionnement proche de l'anthropologie structurale de Claude Lévi-Strauss, qui s'assigne à rechercher « les structures mentales inconscientes qu'on peut atteindre à travers les institutions et mieux encore dans le langage » dont elles rendent intelligibles l'apparent désordre des formes : cette problématique muséologique engage le statut de l'institution, mise face à elle-même et aux enjeux réels, visant une objectivité idéale, mais possiblement atteignable. L'histoire des idées révèle que chaque étape de renouveau théorique s'accompagne d'un renouveau muséographique, démontrant une fois de plus la puissance médiatrice du musée.

Conclusion

Ce musée répond ainsi et aussi à un besoin politique de reconnaissance de peuples maltraités durant des siècles par le biais de leurs riches cultures et environnements naturels que les Occidentaux continuent à exploiter sur un plan mercantile sans que parfois ne soit beaucoup donné en retour, mis à part le travail des ONG et de certaines institutions. La dimension écologique est en effet fondamentale, et, on l'a vu, indissociable de ces cultures et de leurs formes de pensée.

La mission de ce musée ethnographique vivant est ainsi de mieux appréhender d'autres pensées et d’apprendre différemment de ces peuples en leur donnant le statut d’égal dans la transmission culturelle, statut qui leur revient de plein droit et qui n’est pas toujours respecté eu égard à leur fragilité économique.



Pour CASONA LATINA,

Sandrine Cornut, 

ethnologue

 

Cours de Salsa

Cours Salsa

Cours de Bachata

bachata

Cours de Tango

tango

Cours de Langues

Cours Langues

Emplacement

  • Lausanne, SUISSE
    Rue de Genève 57 bis

Contact

Horaire

  • Lun-Ven: 18:00h-24:00h
  • Sam: 18:00h-24:00h
  • Dim: en fonction du programme

Suivez-nous